Du bon usage des toilettes dans les établissements scolaires

Ecrire sur les toilettes n’est pas sans risque tant le sujet peut prêter à des blagues à caractère scatologique. Pourtant cette thématique nous concerne tous comme le montre un article récent du Canard enchainé en date du mercredi 20 février 2019. Celui-ci était titré : « une drôle de réunion de cabinet » et on y apprend que le directeur des services du Sénat a fait connaître, via un mail adressé aux responsables des agents d’accueil les nouvelles instructions données par les questeurs : fermer les toilettes de la reine, situées en bordure de l’hémicycle, quinze minutes avant la séance des questions aux gouvernement, et ne les rouvrir que dix minutes après la fin de la séance. But de l’opération ? « Que les ministres puissent s’y rendre sans faire la queue et sans être dérangés » !

En novembre 2016, le ministère de l’Éducation Nationale diffusa un guide intitulé : « Guide d’accompagnement de projets éducatifs relatifs aux sanitaires au collège et au lycée ». Dans l’édito, la ministre de l’éducation, Najat Vallaud Belkacem rappelle que « le bien-être des élèves constitue un facteur clé de leur réussite scolaire ». Ce bien-être dépend de plusieurs facteurs : le climat scolaire, les conditions d’accompagnements, le cadre de vie mais aussi les conditions d’accueil. Elle ajoute : « Pour créer les conditions les plus favorables au bien-être des jeunes, la question de l’état des sanitaires dans les établissements scolaires est loin d’être anodine ».

Que la ministre de l’éducation de l’époque prenne le temps de diffuser ce guide à destination des établissements scolaires démontre que le problème des sanitaires dans les établissements scolaires apparaît récurrent. Comme le faisait remarquer, à juste titre, Louise Tourret dans un article à ce sujet : « Vos enfants se plaignent du manque de propreté des toilettes de leur école. D’après vos souvenirs, c’était déjà le cas quand vous aviez leur âge. Il est urgent d’y trouver une solution »1. En effet, si chacun d’entre nous effectue un retour en arrière sur son expérience des sanitaires en milieu scolaire, une anecdote nous vient très vite à l’esprit. Pour ma part, je me rappelle parfaitement ce lieu lorsque j’étais à l’école maternelle : un endroit sombre avec un carrelage d’hôpital, de grands lavabo et un système de gros savon fixé sur un support. Plusieurs mini-toilettes ouvertes séparées chacune d’entre elle par une cloison. Après avoir effectué une recherche sur Internet voilà une photo qui correspondrait le mieux à mon souvenir :

Je ne me souviens plus si les filles étaient séparées des garçons. Je me souviens que nous devions y aller à plusieurs. Quand j’observe cette photo avec mes yeux d’adulte, ce qui me saute aux yeux est le manque d’intimité. Il ne me semble pas que ce lieu d’aisance ait beaucoup changé dans les écoles maternelles même si des efforts ont manifestement été faits dans certains établissements pour rendre cet endroit plus agréable.

Il y a quelques mois, j’ai eu l’occasion d’accompagner mon fils dans les toilettes de son école maternelle, j’ai pu constater un manque criant d’intimité et une gêne s’est emparée de moi. Mon fils m’a expliqué avec ses mots à lui qu’il n’aimait pas aller aux toilettes dans son école et qu’il se retenait parfois, ce qui n’est pas sans risque niveau santé. Et ce problème se pose tout au long de la scolarité. Eric Debarbieux explique que lorsqu’il interroge des élèves sur le « climat scolaire », une constante émerge en France : les réclamations quant aux toilettes : « Une grande enquête menée par l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement (2014) a montré que plus d’un tiers des élèves ne fréquentent pas les toilettes »2. Les élèves soulignent, en effet, qu’il s’agit là d’un lieu insécure où les violences sont fréquentent.

Dans le cadre de mon activité de conseiller principal d’éducation j’ai été amené à m’intéresser à cet espace. Utiliser ce terme « d’espace » à la place de celui de « lieu » n’est pas anodin. En effet, comme le précisait Michel de Certeau un lieu est un endroit dans lequel les choses sont organisées selon un ordre établi, tandis que l’espace est le « lieu pratiqué » (de Certeau Michel L’Invention du quotidien, T1). Les toilettes sont donc des lieux pratiqués par nos élèves. Mais une pratique forcée et qui se fait bien souvent dans l’angoisse. Dans l’un de mes collèges, j’ai été amené à interroger les élèves sur le harcèlement en milieu scolaire et l’enquête a confirmé que cette espace était, avec les couloirs ou les abords de l’établissement, redouté des élèves. Il faut dire aussi que cet espace concerne directement le corps dans son intimité. Quoi de pire que de se retrouver le pantalon sur les chevilles devant un groupe d’élèves ?

Par ailleurs, les élèves, en particulier les délégués de classe font régulièrement remonter leurs doléances concernant cet espace : manque de papiers, odeurs nauséabondes, absence de savons, fermeture qui s’ouvre de l’extérieur, etc. Les agents d’entretien font également remonter aux gestionnaires ou aux CPE les difficultés rencontrées comme les actes de vandalisme et un manque d’hygiène de la part des élèves. Pourtant que le rappelle à juste titre le guide diffusé par l’éducation nationale :

« Tous les champs concernés par la question des sanitaires dans les établissements scolaires (sécurité, hygiène, santé, intimité, vie scolaire…) interviennent comme des éléments d’une formation plus globale d’un futur citoyen. La notion de respect des autres est le fondement du vivre ensemble, que se soit en direction des agents d’entretien ou entre élèves, premiers usagers de ces lieux ».

Cet espace doit donc être pris au sérieux au sein de l’éducation dès le plus jeune âge. Son usage doit être réfléchi collectivement. Comme le précise Jean Le Gal, un des praticiens-chercheurs les plus connus sur la pédagogie coopérative : « s’il se regarde dans les menus faits de la vie quotidienne, là où précisément les enfants situent leurs doléances et leurs revendications de respect quand ils ont la parole (…), il est nécessaire de préciser avec les enfants ce qu’ils entendent par être respecté et déterminer avec eux quelle sera la traduction concrète de ce droit dans la vie quotidienne »3. Pour conclure sur ce sujet hautement sérieux, je terminerai par cette expression : « montre moi les toilettes de ton établissement scolaire, je te dirais quel est le climat scolaire qui y règne » !

1 http://www.slate.fr/story/161788/probleme-toilettes-ecole

2 Debarbieux, Eric, L’Impasse de la punition à l’école. Des solutions alternatives en classe, Paris, Armand Colin, 2018, p. 45.

3 Idem, pp46-47.

Publicités

2 commentaires sur “Du bon usage des toilettes dans les établissements scolaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s